Un écoquartier ? Vraiment ?

ZAC_Claude_Bernard-projet

Vous voyez cette photo ? C’est une image modélisée de la ZAC Claude Bernard, quand elle n’était qu’un projet. Regardez-la de nouveau. Vous le reconnaissez votre quartier ?

Ce qui est encore plus amusant c’est que cette image a servi d’illustration pour cet article annonçant l’obtention par la ZAC du label ÉcoQuartier. À la limite, on pourrait se demander si cette reconnaissance n’a pas été donnée à partir de cette photo…

Reprenons les critères relevés par Wikipédia pour caractériser un écoquartier (je préfère partir de ces thèmes plus universels que ceux du label officiel, plus “techniques”) :

Les aspects purement environnementaux

Réduction des consommations énergétiques

C’est la plus grande réussite de la ZAC Claude Bernard, avec des bâtiments peu consommateurs en énergie. 42,5% des besoins sont couverts par des énergies renouvelables, ce qui est honorable.

Meilleure gestion des déplacements avec limitation de la voiture et incitation à l’utilisation de transports doux (transports en commun, vélo, marche à pied)

Pistes cyclables, Vélib’, tramway, bientôt RER, a priori, c’est pas trop mal sur la ZAC. Elle est quand même coincée entre les Maréchaux et le Périphérique, mais cela relève plus d’une contrainte que d’un choix lors de la planification du projet. Quoi qu’il en soit, on fait partie des quartiers les plus pollués et les plus bruyants de Paris…

On peut aussi regretter de ne pas avoir de lignes de bus. Il y aura des arrêts des lignes 35, 54 et 60 à la Gare Rosa Parks, mais c’est un peu loin pour des bus.

Réduction des consommations d’eau

Les eaux pluviales sont bel et bien récupérées, surtout dans la Forêt Linéaire, et sur les rares toits végétalisés.

Par contre, la catastrophique conception des tuyauteries de plusieurs immeubles entraîne des fuites d’eau considérables et régulières. Pas très économe…

Limitation de la production de déchets

La collecte sélective des déchets est aussi anémique que dans le reste de Paris : recyclable, verre et déchets ménagers. On aurait pu imaginer quelque chose de plus ambitieux, qui aurait pu être un projet pilote pour le reste de la ville. Certes, créer des filières de recyclage est loin d’être évident (il ne suffit pas de trier, il faut aussi traiter !), mais Paris est loin d’être à l’avant-garde.

Il n’y a pas de compost partagé, non plus.

Favoriser la biodiversité

La Forêt Linéaire, avec sa bande de terre réservée à la faune est une réussite, car elle est assez agréable, surtout en considérant son emplacement collé au périphérique. Mais pour autant, elle est bien petite et étroite (son appellation de Forêt en est risible…). Dommage aussi qu’elle soit remisée derrière le quartier et qu’elle n’en soit pas le poumon.

Les matériaux de construction utilisés et les chantiers peuvent faire l’objet d’une attention particulière

Selon cette étude, le chantier a été relativement bien mené, et son empreinte environnementale assez limitée (principalement par le transport des matériaux et des déchets par voie fluviale). Pour le reste, je suis bien incompétent pour juger de la qualité des matériaux.

Services, commerces et culture

Services

Le minimum est assuré, avec les écoles, le collège, la halte-garderie, la crèche. On manque quand même de lieux de rencontre. Le futur centre social devrait aider à corriger cela.

Commerces

L’implantation des commerces prend du temps, mais le fait d’avoir réservé chaque local à un type particulier de commerce (supérette, pharmacie, etc.) est une bonne idée à la base. On peut toutefois regretter que l’application du plan ne soit pas à la hauteur. Les commerces vivotent encore, faisant face à des loyers élevés.

De plus, l’attribution des locaux depuis longtemps vides aurait pu être adaptée, vu que les commerces prévus au départ tardent à venir…

Au final, on se retrouve avec un Franprix dont les rayons sont principalement conçus pour les employés de bureaux, une maison des pains (et non boulangerie) qui ne vend que des produits industriels et congelés, et on attend toujours le primeur, le boucher, le poissonnier, etc. Et un marché serait fortement apprécié…

En face, on nous promet surtout un centre commercial et des fast-foods dans l’entrepôt Macdonald. Cela va totalement à l’encontre de l’esprit d’écoquartier, dans lequel les habitants doivent trouver tout ce qui leur faut autour de chez eux. Cela viendra peut-être, mais on n’en prend pas la voie…

Culture

Certes, nous avons un Centre Sportif depuis peu. Mais un cinéma de 14 salles était-il nécessaire ? La moitié aurait été suffisante, non ? surtout qu’un autre multiplexe de 16 salles va ouvrir prochainement dans la Cité des Sciences. Cela aurait fait de la place à un service culturel public, comme une bibliothèque, très largement demandée par les habitants.

Mixité sociale

Logements sociaux et privés, un EPHAD, des commerces, des ateliers pour des artisans, des bureaux de multinationale, etc. Il y a un peu tout dans la ZAC. On peut toujours regretter la répartition entre ces catégories (les employés de la BNP-Paribas sont quand même majoritaires), mais globalement on sent une volonté de mixité.

Après, cela va-t-il fonctionner ? L’avenir nous le dira.

L’esprit écoquartier

Au delà de cette liste de critères, on sent tout de même que labelliser la ZAC Claude Bernard d’écoquartier est discutable quand on regarde l’ensemble. On ne voit que du béton partout, les cours d’écoles sont enfermées derrière des vitres, sans arbres ou presque, etc.

Le cœur du quartier est tout de même un boulevard des Maréchaux ! On aurait pu imaginer une longue esplanade entre les bureaux et les logements, avec des terrasses de cafés, des bancs, des jeux pour enfants, des tables de ping-pong et des boulodromes pour les plus grands, des jardins partagés, etc. L’entrée du cinéma aurait alors pu être tournée vers nos immeubles, au bout de cette allée centrale. À l’autre bout, il y aurait eu l’école, et les enfants ne seraient pas obligés de se retrouver sur le boulevard à la sortie.

Bref, on aurait pu faire de cet axe l’endroit où les habitants et travailleurs se seraient rencontrés et auraient pu se poser et discuter, quelque soit leur âge. Malheureusement, entre les immeubles, il n’y a que des allées pour les employés de bureaux qui ne font qu’y passer le matin et le soir, et personne n’en profite.

On ne peut pas nier non plus que les immeubles sont massifs et denses, alors que certains écoquartiers en France sont légers et aériens, comme celui de Bottière-Chênaie à Nantes :

En conclusion, la ZAC Claude Bernard correspond à peu près aux critères d’un écoquartier, quand on en regarde la liste. Mais malheureusement, il suffit de s’y promener pour sentir que l’esprit n’y est pas. C’est un peu dommage…

3 Comments

  1. MALOUM

    Bonjour,

    Je vous félicite pour votre article à la fois bien complet et très intéressant.

    Pour ce qui est du terme “Ecoquartier”, il n’est pas protégé en France. Il est la “propriété” de l’association Eco-quartiers : http://www.eco-quartiers.fr
    C’est pourquoi les opérations d’aménagement appelées “Ecoquartier” sont différentes tant en terme de densité, de forme architecturale, de mixité sociale…
    Les résultats recherchés diffèrent d’un projet à un autre : bâtiment durable, mobilité durable, favoriser le vivre-ensemble ou encore la biodiversité… .

    Alors que le label national répond aux quatre dimensions de la ville durable, avec une attention particulière de l’effet levier sur le territoire.

  2. Seb

    Bonjour

    Juste pour dire, étant donné que j’y habite, après deux ans, les joints des tuyauteries ont été changés. Je ne sais pas si vous avez déjà changé des joints de tuyauterie mais généralement on peut les enlever avec un tournevis à tête plate.
    Là, ces joints se sont désintégrés tellement ils étaient pourris… le plombier en revenait pas… selon lui “le bâtiment à au moins 15 ans d’age” alors qu’il en a 2..
    Je ne vous raconte même pas les fuites de tout les côtés et toutes les mois c’est pareil.
    La vmc qui tombe en panne tous les hivers, les ascenseurs idem mais tous les mois…
    Bref la joie !

    1. Huy

      Bonjour,

      Oui se sont les nombreuses galères de la zac Claude Bernard quand on est valide c’est pas trop gênant mais quand on est en fauteuil c’est la GROSSE galère quand l’ascenseur tombe en panne !!! Au début l’ascenseur tombait en panne tous les jours. A ce jour il est en panne au moins une fois par mois !

      Fuites eau dans les appartements, porte dans le hall s’ouvre presque plus, moisissures dans les parties communes…. Bienvenue dans la ZAC !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *