Les commerces de proximité seront “interdits” dans les entrepôts Macdonald

Lors du Conseil de Quartier le 5 mai dernier, les commerces des entrepôts Macdonald ont été longuement abordés. On savait déjà que les commerces de proximité ne seraient pas favorisés, on sait désormais qu’ils seront volontairement désavantagés…

commerces-macdonald

Pour rappel, les 30 000 m2 de commerces des entrepôts ont été confiés à Altarea-Cogedim, société qui gère des centres commerciaux.

Je cite le compte-rendu de ce Conseil de Quartier, qui est disponible ici.

Point sur la programmation commerciale
Présentation par Florence DELGOVE, Directrice du Developpement Loisir-Commerce chez ALTAREA
Il s’agit des commerces en rez-de-chaussée de la ZAC Claude Bernard, représentant une surface de 30 000m2. L’essentiel de ces commerces ouvrira en mars 2016.
Trois thématiques pour répondre aux besoins des habitants et usagers :
– Commerces de bouche, opticiens, pressing, Leclerc…
– Commerces de restauration, en lien avec le cinéma, avec de la restauration sur place, de la restauration à emporter et 2 emplacements pour des food-trucks
– Commerces attractifs pour l’extérieur, avec des grosses enseignes, comme Décathlon, un grand centre de fitness.

Passons sur l’erreur dans le compte-rendu qui parle des commerces de la ZAC Claude Bernard : il s’agit bien des entrepôts Macdonald. Nous avons ici confirmation de ce que l’on savait déjà, mais avons désormais une date d’ouverture : mars 2016.

Est-il prévu de mettre des petits commerces ?
Leclerc aura une boucherie, une boulangerie… Nous ne voulons pas faire doublon.

Nous touchons le cœur du problème. Cette petite phrase contient énormément de choses. On en déduit que dans les négociations avec Leclerc, il a été convenu de ne pas mettre de concurrence face à leurs sections boulangerie et boucherie (et j’imagine qu’il en est de même pour les fruits, les légumes et le poisson). Donc, si nous espérions un vrai boucher, un vrai artisan boulanger, voire un vrai primeur ou un vrai poissonnier, on sait désormais que cela n’arrivera pas. Et que ce n’est pas une fatalité, mais une volonté.

L’installation de commerces de proximité dans un quartier récent est difficile. C’est pourquoi, dans la ZAC Claude Bernard, certains emplacements avaient été réservés à une maison des pains, une pharmacie, une supérette, etc. Le résultat est mitigé (les Fromentiers ne vend que du pain industriel et congelé, les loyers sont trop élevés pour la presse, la pharmacie et les autres), mais au moins il y avait volonté de créer un tissu commercial de proximité. Pour les entrepôts, qui vont accueillir 3500 habitants dans les mois à venir, le Leclerc sera la seule possibilité pour l’alimentation. Et encore une fois, c’est fait exprès.

Le pire, je crois, c’est le “nous ne voulons pas faire doublon”. Pas de concurrence face à Leclerc, donc. Mais ouvrir un opticien, alors qu’il y en a déjà un sur le boulevard, pas de soucis. Pareil pour la pharmacie (car il y en a une de prévue dans les entrepôts). Faire deux multiplexes à moins de 10 minutes à pied ne pose pas de problèmes. Ouvrir deux centres commerciaux (Macdonald et Vill’up) alors que le Millénaire est moribond ne gêne pas.
Clairement, le nous ne voulons pas faire doublon est à géométrie variable. On fait attention à balayer toute concurrence pour avantager les énormes chaînes de distribution, mais on ne tient aucunement compte des petits commerçants implantés depuis 3 ans.

Je tiens à rappeler que les centres commerciaux ne fonctionnent plus. Le Millénaire en est le parfait exemple. Mais pas de soucis, on continue à en faire pousser, tuant les commerces de proximité, qui sont ceux pourtant réclamés et plébiscités par les habitants.
Sur ce blog, l’article le plus lu est de loin celui sur les commerces dans les entrepôts. Cela démontre bien que dans notre quartier récent, c’est le point essentiel pour les habitants, et celui qui contribuera beaucoup à la réussite ou pas de la vie de quartier. Avec la réponse que l’on nous fait, je suis très pessimiste. Ce n’est pas un quartier parisien que l’on nous prépare. On se dirige vers les pires travers des quartiers de banlieue les plus impersonnels, totalement organisés autour de centres commerciaux.

Depuis le début, je dis “on”. Mais qui est ce “on” ? À vrai dire, je ne blâme pas Altarea-Cogedim, ni même Leclerc. Ces deux entreprises font ce qu’elles ont à faire. Altarea a besoin d’une locomotive pour remplir ces emplacements, et donc est prête à faire des concessions pour un grand nom comme Leclerc. Ce dernier ne va pas investir dans un endroit où il n’est pas sûr de faire son beurre. En position de force, il demande à balayer la concurrence, ce qui est logique.

Non, je blâme ceux qui ont donné la concession à Altarea, sans aucun garde-fou, sans aucune obligation de commerces de proximité. Je veux dire : la Semavip, la Ville de Paris et la Mairie du 19e arrondissement. Il était tout à fait possible d’obliger Altarea à garder quelques locaux pour des commerces de proximité, comme la Semaest l’a fait dans la ZAC Claude Bernard. Ou alors de donner en gestion à cette Semaest une partie des commerces. Bref, il y avait moyen de contrôler un peu ce qui allait se passer.

Lors du Conseil de Quartier, il a été dit que le commerce ne se décide pas, et que c’est la demande qui fera l’offre. C’est totalement faux. En choisissant d’empêcher des commerces de proximité de s’installer près du Leclerc, des décisions ont été activement prises. La fameuse concurrence libre et non faussée n’est donc pas respectée dans ce cas. À vrai dire, elle n’avait pas à l’être, mais cela aurait du être fait dans le sens du quartier et de ses habitants, pas dans celui des bénéfices de Leclerc.

Monsieur Dagnaud, et tous les autres, merci, vous avez porté un coup fatal au quartier.

13 Comments

  1. Oreoli

    Bravo Thomas pour cet article qui résume bien les intentions pour ce ” bel eco quartier” que la ville veut “d’affaires” et non ” populaire”. C’est dépitant ! Mais peut être n’est- il pas trop tard pour éviter le pire.
    Il nous faudrait un marché, un vrai, plusieurs fois par semaine, qui premettait de palier aux commerces de proximité.
    Encore bravo pour ce regard et cet investissement.

    1. Thomas

      Merci !

      Le marché est certainement notre meilleure chance. Sans oublier les 1 ou 2 locaux à venir dans l’immeuble en construction à l’angle du boulevard Macdonald et du quai de la Charente et celui qui est déjà prêt dans le bâtiment juste après. Il est temps de faire pression sur la mairie !

  2. Grégory

    Bravo pour l’article, il reflète ce que tout le monde pense mais malheureusement les politiques sont à la botte des puissants et il n’est pas étonnant de voir que l’architecture des commerces de la ZAC Macdonald suit celles des autres zones en périphéries urbaines
    Des grandes enseignes dans des grands centres commerciaux afin de pousser les gens à consommer des marques trouvables partout.

  3. tragni

    Oui , Bravo….peut-être faudrait-il faire une proposition au collectif de la louve ?
    C’est un nouveau concept de coopérative , qui propose d’offrir à ses coopérants ( on le de devient en leur offrant 3 heures de travail mensuel) la possibilité d’acheter des produits bio, circuit court , cinquante pour cent moins cher que dans les bio coop , beau c’est bio etc … Ils ouvrent à la goutte d’or en septembre ce serait parfait pour ici!!

  4. jean louis

    bon alors il va s’ouvrir quand ce LECLERC, et a qu’elle adresse exactement au boulevard mac donald, après la fermeture du franprix, (misérable, très cher, et mal accueillant) j’attends un LECLERC avec impatience ….

    1. Thomas

      Alors, les travaux de l’intérieur du Leclerc ont commencé et la date de fin mars semble toujours crédible. Il se trouvera un peu après la coupure de l’entrepôt par le tram, au niveau du 189 boulevard Macdonald.

  5. Mouraux

    Bonjour Thomas,
    On vient de nous proposer un logement boulevard MacDonald, et après lecture de votre article notamment, on hésite vraiment. On a peur que ça devienne une sorte de châtelet les halles bis. Avez vous des informations nouvelles quant aux magasins futurs? Qu’en est-il d’un marché ?
    Merci d’avance !

    1. Thomas

      Bonjour,

      Vous trouverez une liste à jour ici : http://rosaparks-macdonald.fr/2016/02/17/liste-des-commerces-a-venir-dans-lentrepot-macdonald/

      Rien de transcendant, mais heureusement ça restera un tout petit centre commercial, qui a l’avantage d’être en fait un alignement de magasins en extérieur, ce qui est plus agréable. Je ne crains pas le côté Les Halles.
      Côté marché, ça suit tout doucement son chemin, il va falloir attendre (au moins un an, je dirais).
      Venez visiter le quartier, vous verrez par vous-mêmes ! Les logements sont souvent bien conçus et agréables, puisque neufs (même s’il y a des vices de construction, comme dans tout immeuble neuf). Il est beaucoup plus simple de venir s’installer maintenant que quand je l’ai fait, il y a 4 ans, sans magasins, ni trams, ni RER, ni même trottoirs ;-).

  6. Toquebeuf

    Salut Thomas, nous on a emménagé il y 4 jours et on cherche déjà à repartir: au delà du bruit incessant des trams, rer, locos, tgv et wagons de toutes sortes, j’ai l’impression de ne plus me sentir à Paris, mais dans une banlieue froide et impersonnelle. À regretter mes commerçants de proximité dans mon quartier précédent qui me sortait par les yeux mais me manque deja…
    Très juste ton papier, heureuse de l’avoir lu!

  7. Thomas

    Je comprends très bien ce sentiment de banlieue froide et impersonnelle. On ne peut pas dire qu’on soit “vraiment” dans Paris. Côté bruits et pollutions, on est aussi bien servis (mais il y a de nombreux quartiers en cœur de Paris qui sont aussi touchés que nous par ces problèmes).

    Cela dit, les appartements sont bien plus agréables que la moyenne parisienne.
    De plus, le côté quartier coupé de Paris a pour effet de créer une communauté d’habitants plus soudée que dans la plupart des quartiers parisiens. C’est ce que j’apprécie le plus dans le quartier.
    La vie associative éclot en ce moment (Les Petits Riens, dont j’ai parlé dans un article récent, le Centre social, etc.).
    Niveau commerces, ça reste compliqué, mais ça va s’améliorer un brin avec le Leclerc, même si le côté proximité n’est toujours pas là.
    Si j’ai été assez pessimiste à un moment (ça se voit dans l’article ci-dessus), ces temps-ci j’ai de nouveau espoir que le quartier prenne véritablement. On n’est pas si loin.
    Mais c’est sûr, que c’est un autre type de quartier que le centre de Paris. Il m’a fallu du temps pour m’y faire aussi…

  8. Nathalie

    Bravo Thomas pour vos multiples réflexions ! Vous écrivez l’évidence.
    Juillet 2016, aucune boulangerie dans le quartier ! ! Le mercantilisme au XXIème est une honte pour les papilles des amateurs de pain frais au levain naturel ! Pourquoi pas rêver que Leclerc finance un véritable artisan ! ?
    Sinon, il est vrai que l’énergie de ce quartier est intéressante…
    Bienvenue à tous ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *