Il faut des profs dans les classes de nos écoles !

C’est une histoire qui se répète : la prochaine rentrée des classes dans les écoles du Boulevard Macdonald s’annonce chaotique… Alors qu’il est tout à fait possible d’anticiper l’arrivée constante d’enfants dans le quartier, l’Académie préfère laisser pourrir la situation. À ce jour, les futures classes d’élémentaire sont composées de 29 élèves. Sans compter les nouvelles inscriptions qui sont prévisibles…

118-bd-macdonald-cour

 

Notre quartier est récent. Avec l’ouverture des 20 immeubles depuis juillet 2015, de nombreux habitants se sont installés ces derniers mois, dont beaucoup d’enfants.

Pour accueillir ces nouveaux élèves, l’école du 118 boulevard Macdonald ne suffit évidemment plus. Heureusement, il a été prévu une autre école, au 141 boulevard Macdonald. Mais une école sans profs ne sert pas à grand chose… Seuls 2 nouveaux postes ont été pourvu pour l’ensemble des deux écoles à la rentrée prochaine. Pourtant, au vu des inscriptions continues, il est évident qu’il en faudrait au moins 5 dès septembre.

Comment en est-on arrivé là ? C’est simple : les ouvertures de postes de professeurs ont été prévues en tenant compte uniquement des inscriptions actées en janvier. À ce moment-là, en effet, 2 postes suffisaient.
Il n’a été nullement anticipé l’arrivée continue d’enfants dans le quartier : on compte encore en moyenne 3 inscriptions par semaine ! On ne peut pas prétendre que cela était imprévisible, puisqu’il est évident que les immeubles n’allaient pas se remplir d’un seul coup !

Au final, si on tient compte des effectifs tels qu’on les connaît à la mi-juin, les classes de maternelles de l’année prochaine comportent 26 ou 27 enfants et celles de primaires 29 ou 30 ! C’est déjà trop, mais la situation ne va faire que s’aggraver dans les prochains mois. Il faut donc dès maintenant, créer de nouveaux postes de professeurs.

L’Académie prétend qu’il est impossible de prévoir le nombre d’inscriptions restant à venir. C’est un joli aveu d’incompétence…
Je suis peut-être naïf, mais aux dernières nouvelles, les statistiques font partie des matières enseignées par l’Éducation Nationale. Et, chose incroyable, elles sont très utiles dans le cas présent. Petite démonstration.

141-bd-macdonald-cour
Cour de l’école du 141 boulevard Macdonald

Combien de nouveaux habitants sont-ils à prévoir ?

La Mairie prétend être incapable de donner le nombre d’appartements qui ne sont pas encore occupés dans les nouveaux immeubles. Pour autant, cela m’a pris une heure pour en avoir une bonne estimation : à ce jour (15 juin), il reste 192 appartements vides dans l’entrepôt Macdonald et le 20-28 Quai de la Charente. Comment ai-je fait pour obtenir ce nombre ? J’ai simplement compté les boîtes aux lettres sans nom, et j’ai confirmé les chiffres avec les gardiens des immeubles. La précision n’est peut-être pas excellente, mais cela donne une bonne idée de nombre d’habitants qui vont encore arriver au cours de l’année scolaire 2016-2017.

Mais ça fait combien d’enfants ?

Cela ne donne pas le nombre d’enfants, car tous les appartements ne seront pas occupés par des familles. De ce document statistique, on peut toutefois déduire qu’il y a 0,66 enfants en moyenne par foyer dans le 19e arrondissement. Parmi ces enfants, 22% sont en maternelles (inscrits à 84% dans le public) et 35% en élémentaire (inscrits à 81% dans le public).

Il est facile de prévoir dans les prochains mois encore environ 24 arrivées en maternelle et 36 en élémentaire.
À ces chiffres, il faut ajouter des familles qui ont déjà emménagé dans le quartier, mais dont les enfants ont fini leur année scolaire dans leur ancien établissement et qui ne vont entrer dans les écoles du boulevard Macdonald qu’en septembre. On peut tout de même penser qu’elles ont en majorité déjà effectué ces démarches et on peut donc les négliger. Ces 60 nouvelles inscriptions à prévoir dans les mois prochains restent un minimum.
Il faut les rajouter aux effectifs connus à ce jour, qui sont surchargés, puisque les postes de professeurs prévus ne tiennent déjà pas compte des nombreuses inscriptions depuis janvier…

60 ???? C’est beaucoup, non ?

Il faut rapporter cette estimation à des chiffres réels, pour en vérifier la pertinence.
Fin janvier, la Mairie comptait 66 nouvelles inscriptions et 22 départs pour la rentrée 2016/2017. Depuis février, il y a eu 50 inscriptions supplémentaires à la Mairie, soit un total de 116 arrivants pour septembre (pour 22 départs, ce chiffre-là restant stable).
Anticiper 60 inscriptions au cours de l’année scolaire prochaine n’a donc rien d’aberrant, puisque que les emménagements continuent.

Combien de classes nécessaires, alors ?

Au final, pour faire tourner l’école correctement (avec un maximum de 25 élèves par classe, selon l’indication des écoles en REP, ce qui est le cas au Boulevard Macdonald), il faut prévoir 8 classes de maternelles (pour 181 élèves) et 9 classes d’élémentaires (pour 211 élèves), soit l’ouverture de 7 classes à la rentrée, réparties dans les deux écoles. Je rappelle qu’à ce jour, seules 2 ouvertures sont prévues.

7 nouvelles classes paraît beaucoup. Pourtant, si on les rapporte au nombre de salles de classe qui ont été prévues dans les deux écoles (soit 22), c’est tout à fait logique. Avec 7 nouvelles ouvertures, seules 19 de ces 22 salles seraient occupées. C’est parfaitement cohérent, quand on sait que 85% des logements prévus dans le quartier sont déjà occupés.

Ce n’est pas pour rien que la Mairie a, dès l’origine du projet, prévu 22 salles de classe de primaire dans le quartier… Elle a joué son rôle. C’est au tour de l’Académie, qui doit assumer dès aujourd’hui les ouvertures de postes de professeurs qui sont de toute façon inéluctables.

Ceci est une classe du collège, mais l'école du 141 boulevard Macdonald est dans le même bâtiment.
Ceci est une classe du collège, mais l’école du 141 boulevard Macdonald est dans le même bâtiment.

Anticipation, pour éviter l’urgence

Depuis l’ouverture du 118 boulevard Macdonald, les enfants ont tout subi : quadruples niveaux, ouvertures de classes en urgence sans matériel pendant des semaines, nombreux changements des équipes pédagogiques, absences non remplacées régulières, etc.

Au final, plusieurs parents, découragés, envoient les enfants dans les établissements privés. Nos écoles ne sont pas à l’image de ce nouveau quartier de Paris ! Pourtant, il suffirait de si peu pour stabiliser les choses. Cela pourrait se résumer en un mot : anticiper. Toutes les informations pour le faire sont là.

Si prévoir 7 ouvertures de classes pour la rentrée 2016/2017 semble logique, mes statistiques sont basées sur des informations partielles. De plus, il est probable qu’une partie des nouveaux arrivants laissent leurs enfants finir leur année scolaire dans leur établissement actuel et ne les inscriront ici que pour septembre 2017.

Il est donc plus raisonnable de prévoir, pour la rentrée 2016, 5 ouvertures de classes (3 en élémentaires, 2 en maternelles). Au final, il manque donc 3 postes à pourvoir avant la fin de ce mois de juin, afin que la rentrée de septembre se passe dans des conditions normales. Et encore, ces 5 nouvelles classes ne suffiront peut-être pas à absorber le flux prévisible au courant de l’année à venir.

Palier 3, Compétence 7 : L’Autonomie et l’Initiative

Je voudrais, pour finir, citer un bout du Livret personnel de compétence, édité par l’Éducation Nationale : l’élève, au collège, doit être autonome dans son travail : savoir l’organiser, le planifier, l’anticiper, rechercher et sélectionner des informations utiles.

Il serait temps que l’Académie se mette au niveau de ses collégiens, non ?

22 Comments

  1. Mayaines

    Parent de deux enfants scolarisés à l’école Claude Bernard, l’article résumé très bien l’historique de cet école. Il serai temps que l’Académie se bouge un peu et arrête de nous faire subir son “soit disant” manque d’anticipation! Car comme dit dans l’article toutes les informations nécessaires à la prise de décision sont disponibles alors marre de subir il est temps d’agir!!!

  2. catben

    Très bon article. J’habite au 177 boulevard Macdonald mais je n’ai pas eu le courage d’inscrire mes enfants à côté car j’ai pressenti tout ce bazar. Alors que ça m’aurait bien facilité la vie de scolariser les enfants juste à côté de la maison. C’est dommage. Il est temps que l’académie prenne ses responsabilités!!!

  3. Une mère inquiète

    Il est question également d un accueil de qualité sur le temps global, scolaire et périscolaire. Les réunions d admission ne se faisant que la semaine prochaine sans possibilité de prendre rdv avec le directeur. Il sera trop tard pour inscrire les enfants en privé si ce que l on va nous annoncer ne nous convient pas. Et bien on sera coincés. nous venons d un autre quartier où les animateurs étaient bienveillants et très professionnels et les enseignants se montraient très à l écoute. .. dans le public. Là au vu des échos ça s annonce beaucoup moins simple. J aimerais créer une association de parents pour le 141 permettant d agir efficacement en cas de débordements éventuels ou mécontentements.

    1. Parent élu du 118

      Bonjour,

      Pour l’association, il y a un embryon d’association qui ne fonctionne pas au 118 par manque de parents intéressés. Mais toutes les formalités sont faites : publication au J.O., compte en banque ouvert… Il ne manque que…. des parents volontaires…

      Si vous êtes partante pour une association d’associations, vous pouvez contacter canal.parents@gmail.com.

  4. Nainesi

    En effet, il faut s’organiser.

    Comment faire ?

    J’ai écrit à Mme Héléna Oyarzabal-Caffiaux, inspectrice d’Académie de notre secteur pour lui faire part de notre souhait d’ouvrir des classes supplémentaires dès maintenant, et non pas dans l’urgence. N’hésitez pas à faire de même, voici son mail : ce.ien19b@ac-paris.fr.

    On peut également lancer une pétition, mettre des banderoles sur les 2 écoles, se réunir pour aller tous ensemble à l’Académie se faire entendre.

    Il est également possible d’écrire à Mr Nordmann, chargé des affaires scolaires et périscolaires de la mairie du 19e arrondissement, pour lui demander de nous soutenir auprès de l’Académie, voici son mail : nicolas.nordman@paris.fr

    Pour l’association des parents du 141 c’est une très bonne idée qu’il faudra tenter de mettre en place dès la rentrée.

  5. Oreoli

    Merci pour cet excellent article qui donne le ton !
    nous ne comprenons pas pourquoi le rectorat s’obstine à ne pas tirer des leçons de ses erreurs….
    Enfin j’ose espérer que ce n’est pas une folie budgétaire qui étouffe dans l’œuf ce quartier. Car sans l’aura des écoles, ce quartier ne sera pas, ne vivra pas, se videra même. Et pourtant les habitants sont là, prêts à se retrousser les manches pour donner une ÂME à ce grand boulevard de béton ! Merci Thomas .

  6. Marie

    Merci pour cet article. La situation est inquiétante et on espère que l’Académie va prendre conscience qu’il est important pour nos enfants et notre quartier d’anticiper l’ouverture des classes. Si nous n’avons pas des écoles de qualité, le quartier ne vivra pas, toutes les classes moyennes le quitteront et il en sera fini de la mixité sociale, chère à nos élus… je vais envoyer des mails à l’inspection, la mairie et nos élus.

  7. Parent élu du 118

    Les représentants des parents d’élèves de l’école du 118 rencontrent Mme Héléna Oyarzabal-Caffiaux, l’inspectrice de circonscription, le 21 juin et vont au rectorat le 23 juin à 8h pour la commission d’attribution des postes restants.

    Nous remettrons lors de notre entretien avec l’inspectrice un courrier adressé à monsieur Antoine Destrès, D.A.S.E.N. (Directeur académique des Services de l’Éducation Nationale) du premier degré.

    Voici le communiqué des parents élus aux parents d’élèves du 118 :
    “Le 23 juin se déroulera au Rectorat de Paris un Comité technique qui attribuera 10 postes d’enseignants pour l’ensemble de Paris.

    Actuellement, les effectifs font état d’une moyenne de 29 élèves par classe en élémentaire pour 2016/2017 ! Pour la maternelle, la moyenne actuelle est de 26 élèves. La moyenne de l’école serait donc de 27,5 élèves alors que nous sommes en Éducation prioritaire ce qui induit normalement un plafond à 25 !

    Ces chiffres vont vite grimper au fur et à mesure des emménagements…

    L’équipe enseignante a fait une demande d’ouverture d’une classe supplémentaire en élémentaire et d’une classe supplémentaire en maternelle auprès du Rectorat de Paris.

    En plus de la mobilisation des enseignants, qui pour partie feront grève le 23 juin pour faire pression sur le Rectorat, LA MOBILISATION DES PARENTS PEUT CHANGER LA DONNE !!!

    Nous vous invitons donc à :

    1. signer la lettre à l’attention de M. Le Recteur que nous remettrons lors de l’audience que nous a accordée Mme l’Inspectrice le 21 juin.

    2. venir nombreux au Rectorat le 23 juin dès 8h pour obtenir ces 2 ouvertures de classes : 12 Boulevard d’Indochine 75019 Paris (Tramway 3b : arrêt Butte du Chapeau rouge).”

    Tous les parents dont les enfants seront scolarisés au 118 ou au 141 sont les bienvenus pour se joindre à nous le 23 juin au Rectorat.

  8. un parent élu

    Avec un directeur déjà nommé pour l’an prochain et d’excellents enseignants motivés qui seront encore là j’ai bon espoir que la situation parvienne enfin à se normaliser. Faisons entendre notre voix pour ces 2 ouvertures de postes qui permettront une vraie respiration pour tout le monde. Venez signer la lettre adressée au recteur lui demandant enfin un peu de considération pour nos enfants!
    Merci Thomas pour ton travail.

    1. Parent élu du 118

      Tout à fait d’accord. Même s’il reste un problème d’ouvertures de postes, un directeur est nommé et il est déjà bien présent sur l’école en cette fin d’année pour préparer la rentrée. Par ailleurs, l’équipe commence en effet à se stabiliser avec quatre enseignants qui restent et d’autres qui font de cette école leur choix de mutation définitive.
      Il faut donc vraiment que les ouvertures soient actées pour que ce début d’équipe ne se lasse pas et puisse monter un projet d’école qui leur convient.

      Venez nombreux le 23 juin au Rectorat 12 bd d’Indochine à Paris (arrêt butte du chapeau rouge) à 7h !

  9. Agnès

    Merci Thomas pour cet article qui résume très bien la situation. Notre quartier est en plein développement et tout est fait par la mairie pour attirer le plus de monde. Mais comment la mairie compte elle conserver ces nouveaux habitants et la mixité sociale qui était au cœur du projet si l’éduction des enfants n’est pas de qualité? Mon fils rentre à la maternelle à la rentrée et selon le déroulement des semaines à venir, j’hésite encore à le mettre dans d’autres structures. D’autre part, le découpage de la carte scolaire entre ces 2 écoles est très discutable, il aurait été beaucoup plus logique de faire une maternelle d’un coté et une élémentaire de l’autre.
    Pour finir, lorsque la mairie fait la pub de leur activité dans le quartier ils oublient de dire qu’ils n’ont pas du tout anticipé l’accueil des enfants dans le quartier… C’est peut être à nous de communiquer sur le sujet.

    1. Parent élu du 118

      Bonjour,

      Il ne faut pas faire d’amalgame entre la mairie qui gère le bâtiment et le Rectorat qui gère les enseignants. C’est l’académie de Paris qui est en cause car le nombre de postes créés est insuffisant.

      Pour l’instant le secteur scolaire est commun, mais il ne le sera pas éternellement et à terme les élèves iront très certainement dans l’école la plus proche de chez eux et sur le côté pair s’ils vivent de ce côté et du côté impair s’ils résident de ce côté. Il a semblé plus facile d’emmener le 141 dans une bonne dynamique en l’associant au 118 le temps que les effectifs y soient suffisants pour que l’école y ait son propre directeur. (Pour information, il faut 5 classes pour qu’un directeur soit nommé, sans quoi l’un des enseignants est partiellement déchargé et remplacé sur son temps de direction, il va sans dire que dans une école qui aurait ouvert seule avec deux classes, on aurait été face à une situation problématique d’emblée).

      Il aurait été possible de faire une maternelle d’un côté et une élémentaire de l’autre, mais il aurait fallu le faire dès la conception du projet. C’est vrai que c’est surprenant, Paris semblant disposer davantage d’écoles maternelles ou élémentaires que d’écoles polyvalentes… En tout cas, une fois les bâtiments construits, ce n’était plus possible sans de nouveaux travaux car tout est à hauteur d’enfant en fonction des âges (porte-manteaux, lavabos, toilettes…).

      La mairie a anticipé l’accueil des enfants dans le quartier : elle ouvre deux écoles, un collège, deux crèches et une halte-garderie. C’est vraiment l’Éducation Nationale qui n’assure pas sa mission de service public. On ne devrait pas avoir à se battre pour que des classes soient ouvertes en temps et en heure, cela devrait être anticipé et mesuré en amont par des études statistiques simples comme celle que vient de faire Thomas. Peut-être que la mairie pourrait travailler davantage en collaboration avec le Rectorat pour obtenir des chiffres plus précis plus régulièrement…

      Cela étant, ce n’est plus un secret que l’Éducation Nationale peine à recruter et que les brigades de remplacement souffrent encore des coupes du quinquennat précédent… Qu’un comité se réunisse afin de ne nommer que 10 postes pour tout Paris et que les parents soient obligés de se livrer à un pugilat pour obtenir des ouvertures suffisent à révéler l’étendue du problème…

  10. Rafik

    Bonjour Thomas et tous,

    Merci pour l’implication de tous dans ces démarches.
    Je trouve parfaitement inadmissible la gestion que fait l’académie. On parle de délinquance d’abandon des parents mais ici l’état ne joue pas son rôle.
    Comment voulez vous que nos enfants s’épanouissent dans des conditions aussi chaotique .
    Je viens du quartier entre la porte d’Aubervilliers et la porte de la chapelle et nous ne dépassions pas les 20 élèves par classe aussi bien en élémentaire et encore plus en maternelle .
    Ces école doit être la vitrine de l’éducation national française elles doivent faire adhérer nos enfants à l’école et éviter l’échec scolaire ( la première impression étant toujours celle retenu).
    Je suis un militant du public mais au vue de la gestion de nos écoles publiques je me pose de plus en plus la question.
    C’est un nouveau quartier. il est possible de tout construire en apprenant des erreurs du passé, alors il ne faut pas continuer a créer le fossé qui existe déjà entre les écoles de différents arrondissement de Paris.
    Enfin je suis outré l’absence d’anticipation comment en ouvrant une vingtaine de nouveaux immeubles on ne se dit pas il va falloir ouvrir de nouvelles classes .OU EST LE PLAN D’URBANISME .
    Je ferais le maximum pour participer au début du rassemblement prévue le 23 juin
    Bien Cordialement

  11. Adeline YC

    En effet nous souhaitons tous une école de qualité. Et je suis assez d’accord pour dire que l’école est LE critère “qualité” d’un quartier, qui fera partir les classes moyennes du quartier s’il n’est pas rempli. Je crois au projet de mixité sociale qui fonctionne depuis 4 ans que nous habitons dans ce quartier; l’école publique en est le ciment. J’imagine que d’autres écoles de Paris sont aussi en attente d’ouvertures de classe, mais pas en REP et pas dans un quartier en construction : il faut prioriser le nôtre pour au moins les deux prochaines rentrées scolaires. Il faut aller au bout de l’investissement public: après les millions investis pour la construction des logements, il faut implanter les moyens humains dans l’école. (Nous reparlerons plus tard de l’investissement dans les divers services publics tel une bibliothèque, n’est-ce pas Thomas).

    1. Parent élu du 118

      Ce serait tellement bien une bibliothèque sous l’école au bord de l’eau… On descendrait l’escalier, on prendrait le goûter au bord du canal et on irait lire un livre avec les enfants avant de rentrer par la forêt linéaire. Il aurait pu y avoir un petit café pour que les parents prennent un café en regardant leurs enfants jouer et en lisant un livre emprunté à côté…. Cela aurait pu être une circulation de personnes intéressante à penser, exploiter…

      Pour l’instant, c’est :
      – un bord de canal rénové mais peu entretenu, sans garde-fou, donc peu rassurant avec des enfants en bas âge…
      – un lieu de rencontres marginales et peu rassurantes pour des femmes en soirée…
      – un lieu pour déjections canines le matin et le soir…
      – quelques coureurs ici et là
      – des mamans qui marchent vite en allant déposer leurs enfants à la halte-garderie en se demandant bien pourquoi on est allé la construire si petite et à cet endroit…
      Bref…

  12. frederic

    merci thomas pour cet article
    habitant du 19eme depuis 6ans et parent également de 2 enfants dont l’inscription est prévue au 141 bld Macdonald à la rentrée (confirmation obtenue seulement le 12 juin ! )
    Obtenir cette inscription a déjà été une épreuve tant la communication et les prises de décisions semblent être hasardeuses concernant ce dossier.

    L’Académie veut nous faire croire qu’elle ne peut pas anticiper des inscriptions ??
    Mais c’est leur travail justement ! merci thomas de faire preuve ici de pédagogie avec eux pour qu’ils entendent raison cependant, quand le nombre d’élèves inscrits dépasse déjà le quota initialement prévu en REP , c’est du simple bon sens dont il faut user et arrêter de nous prendre pour des imbéciles.

    Je me permets de rappeler que dans le projet pédagogique 2103/2016 de l’académie il y avait de belles paroles et 5 grands axes dont les 2 derniers ici :
    Axe 4
    « Mettre en œuvre des parcours scolaires fluides et adaptés à chaque élève » ;
    Axe 5
    « Créer un cadre serein et respectueux de tous pour des apprentissages de qualité ».

    Autant dire que c’est pas gagné…

    Les belles paroles laissent place à des impératifs économiques ? Les enfants, habitants du 19eme ne méritent pas d’accéder à une école de qualité quand ils se trouvent du “mauvais coté” de l’avenue de Flandres ? l’égalité des chances à l’école en France, une utopie ?
    Les efforts pour apporter un équilibre et de la mixité dans ce nouveau quartier tomberont à l’eau si l’école publique de son coté n’assume pas son rôle correctement.

    cordialement.

  13. Mère de famille

    Bizarement vous citez nullement l’école Émile bollaert dans votre article. Pourquoi ?

    Il y a un énorme problème avec cette école mais personne n’en parle!!!

    Les familles n’ont pas la même classe social que dans l’entrepôt mac donald ??
    Excusez moi mais dans l’entrepot, il y a beaucoup plus de logement social que de privé !!

  14. Très bon article mais dommage qu’il fasse abstraction de la situation de l’école Émile BOLAERT.

    Un établissement symptomatique d’une sectorisation aveugle qui n’a eu pour seule conséquence que de concentrer tous les problèmes au sein d’une même structure sans possibilité d’y échapper.

    Pas l’once d’une mixité sociale, les enfants issus de milieux pas très favorisés ou cumulant les difficultés sont parqués ensemble, un nivèlement vers le bas garanti.

    Vous n’avez pas été gâté sur le plan de social, l’école de la République se chargera de vous enfoncer un peu plus en maintenant les pauvres regroupés ensemble.

    Si vous souhaitez obtenir une dérogation pour inscrire vos enfants ailleurs pour leur donner une chance de mieux s’en sortir, vous pourrez toujours attendre, la municipalité ne vous l’accordera pas.

    À BOLAERT, l’école républicaine faillit à sa mission éducative et émancipatrice ( l’équipe éducative n’y est pour rien, je ne doute pas qu’elle fait de son mieux).

    Difficile dans ces conditions pour les enfants d’obtenir de bons résultats scolaires et de se comporter en bon citoyen lorsque les mauvais exemples de proximités sont légions.

    Bref, le quartier est dans une phase de renouveau, il serait peut-être temps que la Ville et l’académie se saisissent de ce sujet important et qu’ils indiquent aux parents ce qu’ils compte faire pour déghettoïser cet établissement.

    Salutations

    1. Thomas

      Merci pour ce message. Comme je l’ai dit par ailleurs, je ne connais absolument pas la situation de l’école Bollaert. Il m’est donc difficile d’écrire un article sur le sujet, car cela demande beaucoup de temps pour regrouper et synthétiser les informations.
      Les articles de ces derniers jours concernent la question ponctuelle de la nomination des enseignants dans l’école du 118/141 boulevard Macdonald. La situation de l’école Bollaert, qui est un sujet plus de fond, ne rentre pas dans ce cadre.

      Bref, je ne suis pas le mieux placé pour parler de l’école Bollaert et je suis bien obligé de choisir mes batailles. Il y en a tant à mener de front…

      Cela dit, si vous souhaitez rédiger un article afin d’appuyer une mobilisation autour de la situation de l’école Bollaert, je peux facilement le publier sur le blog, tant qu’il est construit et argumenté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *