L’Académie a tranché : 28 enfants par classe en maternelle

Aujourd’hui a eu lieu le groupe de travail qui a tranché sur les ouvertures de postes d’enseignants pour la rentrée prochaine. Pour nos écoles du boulevard Macdonald, il y aura donc 3 ouvertures de classes : 2 d’élémentaire (soit 26 enfants par classe) et 1  de maternelle (soit 28 enfants par classe). Ce qui ne tient pas compte des inscriptions qui continuent toutes les semaines, dans notre quartier récent.

les-enfants-sont-la

Malgré la mobilisation de l’équipe pédagogique (91 % de grévistes ce 23 juin), des syndicats et des parents, l’Académie a fait preuve d’un cynisme sans nom. M. Destrés, Directeur académique, avait pourtant assuré lundi dernier que “les choses seraient faîtes correctement” et que “le nombre de classes nécessaires seraient ouvertes”. Trois jours plus tard, ses choix prouvent le contraire.

Pour les classes d’élémentaire

À ce jour, le 23 juin, il y a 181 enfants inscrits, pour 7 classes. Le seuil pour ouvrir la 8e classe est de 182 enfants.

Considérant les inscriptions qui continuent à un rythme de plusieurs par semaine, il est évident que le seuil d’ouverture sera atteint dès la semaine prochaine.

Il aurait donc été facile d’anticiper (d’une semaine, c’est quand même pas si compliqué !) et de prévoir une troisième ouverture de poste en élémentaire. L’Académie a jugé que cela n’était pas nécessaire.

M. Destrés m’a appelé lundi pour me dire qu’il “en avait assez qu’on dise que l’Académie n’anticipait pas”. Bon, d’accord, moi je veux bien mais là, ça reste quand même difficile à soutenir…

Pour les classes de maternelle

Il y a, à ce jour, 167 enfants inscrits, pour 6 classes. Le seuil pour ouvrir la 7e classe est de 150 enfants. L’Académie a jugé que cela n’était pas nécessaire.

Cela pourrait sembler être de l’idiotie ou de l’incompétence, mais c’est en fait bien pire.

Cynisme

Lors de ce groupe de travail du 23 juin, il y avait 10 postes à pourvoir pour tout Paris. L’un d’entre eux a été attribué à nos écoles (il s’agit de la deuxième classe d’élémentaire du 141 boulevard Macdonald).

En voyant les chiffres plus haut (et les arguments de cet article et de celui-ci), il est évident qu’il fallait ouvrir au minimum une seconde classe de maternelle et une troisième classe d’élémentaire. L’Académie, et M. Destrés, le savent très bien. Pourquoi ne l’ont-ils pas fait ?

Parce qu’ils se réservent de décider l’ouverture de la seconde classe de maternelle lors du prochain groupe de travail, fin-août ou début septembre, ce qui les arrange bien.

S’ils avaient suivi l’évidente logique et décidé d’ouvrir dès aujourd’hui la seconde classe de maternelle, que se serait-il passé lors du prochain groupe de travail de septembre ? Ils se seraient retrouvés face à un nombre d’inscriptions durant l’été qui les auraient forcés à ouvrir une troisième classe d’élémentaire.

En choisissant de ne pas ouvrir la seconde classe de maternelle, ils se la réservent pour septembre. Comme ça, ils pourront prétexter le manque de postes disponibles et faire l’impasse sur la troisième classe d’élémentaire (qui sera pourtant indispensable).

En ouvrant les postes au compte-goutte, en dépit de tout bon sens, l’Académie pourra faire l’économie de l’ouverture d’une des classes.

lutte-des-classes

Dans tout Paris, il y a des luttes de parents et d’enseignants pour éviter des fermetures de classe dans de nombreuses écoles. Comme le nombre de postes est fixe, ouvrir des classes dans nos écoles revient au final à en fermer autant dans d’autres écoles, ce qui est tout simplement abominable. Le nombre de postes n’est pas déterminé en fonction du nombre d’enfants !

L’Académie joue donc sur la concurrence entre les écoles : nous accorder deux ouvertures de classe aujourd’hui aurait pu être perçu comme injuste par d’autres écoles. On devrait donc déjà s’estimer heureux d’avoir une ouverture aujourd’hui… Mais la véritable injustice se trouve dans ce nombre de 10 postes à pourvoir pour tout Paris, qui n’est basé sur aucune réalité.

Le scénario peut donc se répéter en septembre : en ouvrant l’évidente seconde classe de maternelle, on pourra s’estimer heureux, et tant pis pour la troisième classe d’élémentaire.

Et ils pourront faire la même chose l’année prochaine…

Par ce biais, l’Académie peut donc éviter d’assumer ses responsabilités.

Cynisme, je vous disais…

Si l’ouverture de la 2e classe de maternelle est décidé en septembre, est-ce si grave ?

30-par-classe-en-juin

Si ces bricolages comptables arrangent bien l’Académie, l’impact sur nos enfants va être colossal. Une ouverture décidée la veille de la rentrée (ou pire, quelques jours après) aura de nombreuses conséquences :

  • Les classes ne pourront être formées qu’au tout dernier moment, et donc des familles dont les enfants actuellement inscrits dans l’école du 118 bd Macdonald vont découvrir à la rentrée qu’ils iront finalement au 141.
  • Les enseignants seront aussi nommés quelques jours avant leur arrivée, ce qui évidemment, n’est pas une condition idéale pour préparer son année…
  • Les commandes de fourniture ne peuvent être faîtes qu’une fois les postes ouverts, il va donc falloir attendre septembre pour les lancer. Ce qui veut dire qu’avant au moins novembre, les enfants n’auront ni papier, ni stylos, ni craies, ni cahiers, ni jeux, ni livres, ni rien du tout. En effet, l’école ouvrant ses portes en septembre, il n’y a actuellement rien comme matériel, à part des tables et des chaises. Bref, ce ne sera pas une école, mais un lieu de stockage d’enfants.

Voilà à quoi ressemble le “faire correctement les choses” de M. Destrés.

6 Comments

  1. F. Thomas

    C’est révoltant !!! On marche sur la tête ! Comment les citoyens peuvent garder leur sang froid lorsque les “élus” ne savent pas agir comme de bons pères de famille. Ils prennent des décisions qui montre un profond mépris des citoyens et des contribuables et ne veulent surtout pas qu’on leur disent que ce sont tous simplement des égoïstes, des irresponsables et des incompétents.

  2. un parent élu déçu

    Je suis dépitée 🙁
    Et oui l’éducation nationale méprise nos enfants et nous le confirme une fois de plus. Où vont les 2000 enfants qui depuis 3 ans ne s’inscrivent plus à l’éducation nationale à Paris? Par de telles décisions, ils nous poussent à choisir le privé, ça leur en fait moins à gérer…
    Merci aux profs de s’être mobilisés pour de meilleures conditions de travail et qui sont finalement maltraités par leur hiérarchie. Il faut avoir la foi pour continuer et nous aussi pour leur confier notre progéniture… ou alors pas le choix…

  3. Marie

    Je ne comprends pas le refus d’ouvrir d’autres classes ? Quel est le motif ? ma petite idée me dit que ce n’est (encore et toujours) une question de budget… N’est ce pas ? Donc autant le dire et donner des chiffres….. La transparence est de mise….

  4. Luc

    Est-ce que vous savez que la seule classe de cm1 du 118 est actuellement à 31 élèves et que c’est la seule de la circonscription avec un taux aussi élevé ? Les autres enseignants auraient entre 18 et 24 élèves. Notamment à Bollaert. 31 élèves dans une classe qui n’est prévue que pour accueillir un maximum de 25 élèves. Qu’en penser surtout avec le rapport paru hier sur les irrégularités et les discriminations scolaires concernant particulièrement les ZEP et les REP (cf. Le Monde et Libé).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *